« Life is a Highway » : pourquoi une intelligence émotionnelle élevée est la voie vers le bien-être?

Si vous êtes comme moi et que vous êtes un grand amateur de musique, vous connaissez sans doute la chanson « Life is a Highway » de la rock star canadienne Tom Cochrane, rendue populaire au début des années 1990.

Reconnue comme un « hymne à la saisie du jour » (Songfacts, 2021), la chanson a été écrite par Cochrane après son voyage en Afrique de l’Ouest, où il a été exposé à l’organisation d’aide aux victimes de la famine Vision Mondiale. Cochrane a déclaré que son expérience en Afrique lui avait « bouleversé l’esprit et sapé l’âme » et qu’il était « mentalement, physiquement et spirituellement épuisé et il avait vraiment besoin de quelque chose pour le sortir de ce marasme » (Songfacts, 2021). Le résultat : il est entré en studio et a enregistré la chanson en une heure, soit à 7 heures du matin. Ironiquement, « Life is a Highway » est la chanson la plus positive que Cochrane ait jamais écrite et elle est née d’une expérience difficile. Selon l’auteur-compositeur-interprète canadien, la chanson est devenue un « discours d’encouragement » pour lui et pour des millions de personnes dans le monde (Songfacts, 2021).

Lorsqu’on pense à l’intelligence émotionnelle (ou communément appelée « IE »), l’histoire de Tom Cochrane et la façon dont il a trouvé l’inspiration pour l’écrire illustrent parfaitement comment l’IE peut servir de mesure d’atténuation face à l’adversité ou à des expériences de vie difficiles. Sans avoir évalué Cochrane de quelques façons que ce soit, et en nous basant uniquement sur des preuves anecdotiques, on peut facilement émettre l’hypothèse que Cochrane a pu utiliser sa créativité pour l’aider à faire face à ce qui était sans aucun doute une expérience traumatisante. Cette même créativité lui a permis non seulement de traiter ses propres émotions, mais aussi de gérer celles des autres, ce qui lui a permis d’atteindre des niveaux plus élevés de maîtrise de soi et donc de favoriser des niveaux plus élevés de résilience.

 

Ce que disent les données factuelles

Selon Salovey et Mayer (1990), l’intelligence émotionnelle peut être définie de manière générale comme un « sous-ensemble de l’intelligence sociale qui implique la capacité de surveiller ses propres sentiments et émotions ainsi que ceux des autres, de les distinguer et d’utiliser ces informations pour guider sa pensée et ses actions » (p. 189).  Dans son livre Emotional Intelligence – Why It Can Matter More Than IQ (1995), Daniel Goleman a fourni un cadre clair pour définir les différentes composantes de l’intelligence émotionnelle. Ces composantes sont (1) la conscience de soi, (2) l’autorégulation, (3) la motivation, (4) l’empathie et (5) les compétences sociales.

Les personnes qui bénéficient de niveaux élevés d’intelligence émotionnelle sont donc parfaitement conscientes de leurs émotions et les maîtrisent bien. En d’autres termes, ces personnes ont une bonne maîtrise de soi lorsque confrontées à des situations chargées en émotions et ne laissent pas leurs émotions les gérer (Mind Tools, 2021). Cela leur permet de gérer leurs impulsions, de sorte qu’ils ne se laissent généralement pas aller à colère ou à la jalousie, et ne prennent pas de décisions impulsives ou irréfléchies (Mind Tools, 2021). Les caractéristiques de l’autorégulation comprennent généralement la réflexion, la tolérance au changement, l’intégrité et la capacité à fixer des limites claires (Mind Tools, 2021).

En outre, les personnes dotées d’un haut niveau d’intelligence émotionnelle montrent également des signes élevés de motivation et peuvent généralement tempérer leur enthousiasme pour les résultats immédiats, préférant les succès à long terme (Mind Tools, 2021). Ces personnes aiment généralement les défis, ce qui leur permet de rester productives et efficaces dans leur travail (Mind Tools, 2021). Le cadre de l’intelligence émotionnelle de Goleman ne serait pas complet sans les composantes de l’empathie et des compétences sociales.

Les personnes très intelligentes sur le plan émotionnel peuvent facilement faire preuve d’empathie envers les autres, en comprenant les désirs, les besoins et les points de vue de ceux qui les entourent (Mind Tools, 2021). Ces personnes sont généralement faciles à aborder, sont d’excellents communicateurs, peuvent gérer les conflits, ont l’habitude de travailler en équipe et sont des pros du maintien et de l’établissement de relations interpersonnelles (Mind Tools, 2021). Plutôt que de se concentrer sur leurs propres succès, elles aiment aider les autres à se développer et à avoir un sentiment d’accomplissement en premier lieu (Mind Tools, 2021).

De nombreuses études ont tenté de trouver des corrélations intéressantes entre l’intelligence émotionnelle et l’amélioration de la santé psychologique et physique.

 

Améliorer la santé physique

Corrélation avec les maladies coronariennes

L’intelligence émotionnelle est perçue comme ayant des propriétés bénéfiques pour la santé physique. Compte tenu du nombre croissant de preuves établissant un lien entre les maladies coronariennes et les maladies mentales telles que les troubles anxieux (par exemple, l’anxiété manifeste) et les troubles de l’humeur (par exemple, la dépression) (Day, Freedland, & Carney, 2005 ; Denollet, Strik, Lousberg, & Honig, 2006 ; Kubzansky, Cole, Kawachi, Vokonas, & Sparrow, 2006 ; Panagiotakos, Pitsavos, Chrysohoou, Stefanadis, & Toutouzas, 2002 ; Rugulies, 2002 ; Strik, Denollet, Lousberg, & Honig, 2003), une équipe de chercheurs grecs s’est demandé si l’on pouvait trouver un lien de causalité entre l’intelligence émotionnelle et les maladies coronariennes.

Dans leur étude, cinquante-six (N = 56) patients atteints d’une maladie coronarienne et un nombre égal de témoins ne présentant aucun signe de maladie cardiaque ont rempli deux questionnaires d’auto-évaluation, qui ont évalué les composantes de l’intelligence émotionnelle, telles que la perception des émotions, la régulation des émotions, l’expression des émotions et l’utilisation des émotions. Les résultats de l’étude indiquent que les facettes des caractéristiques de l’intelligence émotionnelle, comme la capacité réduite à utiliser et à réguler les émotions ainsi que la fréquence de l’expressivité négative, sont associées à une incidence plus élevée de maladies coronariennes. En d’autres termes, les personnes qui présentaient un niveau élevé de détresse émotionnelle et avaient du mal à réguler leurs propres émotions étaient plus susceptibles de développer une maladie coronarienne. À l’inverse, les personnes qui géraient et régulaient plus efficacement leurs émotions dans la vie quotidienne, et exprimaient moins souvent des émotions négatives, étaient davantage protégées contre les maladies coronariennes.

Bien que les résultats de cette étude ne puissent pas être appliqués à la population générale, ils n’en demeurent pas moins intéressants et contribuent à l’ensemble des preuves qui semblent soutenir la théorie de Gross et John (2003) selon laquelle les personnes qui utilisent régulièrement diverses stratégies pour réguler leurs émotions présentent des niveaux de bien-être plus élevés dans divers domaines de leur vie (par exemple, la satisfaction de la vie, l’estime de soi, l’autonomie, la croissance personnelle, etc.)

Corrélation avec le diabète de type II

Une autre étude s’est penchée sur des patients diagnostiqués avec un diabète de type II et a cherché à savoir si des niveaux plus élevés d’intelligence émotionnelle permettaient de prédire une meilleure gestion du diabète et du contrôle de la glycémie. Il convient de noter qu’il n’est pas rare de voir des conditions médicales co-occurrentes dans un sous-ensemble spécifique de la population. La dépression est l’un de ces troubles médicaux qui a fait l’objet d’une grande attention dans la littérature scientifique en tant que trouble concomitant (ou comorbidité) chez les patients atteints de diabète. Plusieurs méta-analyses ont révélé que la dépression peut être deux à trois fois plus élevée chez les personnes atteintes de diabète que dans la population générale (Anderson et al., 2001 ; Roy & Lloyd, 2012).

Dans le but de mieux comprendre la corrélation entre l’intelligence émotionnelle et le diabète de type II, Schinckus et al. (2018) ont mené deux études. La première a cherché à savoir si le niveau des caractéristiques d’IE des personnes atteintes de diabète différait de celui de la population non diabétique, tandis que la seconde étude a exploré l’impact des caractéristiques de l’IE sur la détresse liée au diabète et les comportements d’autogestion du diabète. Les résultats ont indiqué que les personnes souffrant de diabète présentaient des niveaux d’IE significativement plus faibles que leurs homologues du groupe témoin, mais cette distinction était essentiellement due aux différences de sexe, d’âge, de niveau d’éducation et d’IMC. Les caractéristiques de l’IE ont influencé les comportements d’autogestion du diabète, indiquant que les patients atteints de diabète de type II ayant un IE plus élevé contrôlaient mieux leur glycémie. En outre, les patients ayant reçu une formation à l’IE ont constaté une amélioration de leur glycémie et de la gestion de leur diabète.

Bien que ces études ne soient pas exhaustives, il en existe beaucoup d’autres qui prouvent que l’intelligence émotionnelle peut contribuer à l’obtention de meilleurs résultats en matière de santé, en particulier pour les personnes souffrant de maladies chroniques. En effet, les personnes dont l’IE est faible ont plus de mal à respecter les plans de traitement et les changements de mode de vie qui amélioreront leur qualité de vie globale.

 

Favoriser la santé psychologique

On a également constaté que l’intelligence émotionnelle protège contre le stress et les maladies mentales. Dans une étude, Ciarrochi, Deane et Anderson (2002) ont émis l’hypothèse que des niveaux d’intelligence émotionnelle plus élevés contribueraient positivement à trois variables spécifiques de la santé mentale : la dépression, le désespoir et la tendance suicidaire. Leur étude a évalué trois cent deux (N = 302) étudiants universitaires sur des mesures portant sur le stress de la vie, l’intelligence émotionnelle objective et autodéclarée, et la santé mentale.

Les résultats de l’étude ont révélé que le stress était corrélé à des niveaux plus élevés de dépression, de désespoir et de tendance suicidaire chez les participants qui avaient des niveaux plus élevés de perception émotionnelle (PE) par rapport aux autres. Cela suggère donc que les personnes ayant des niveaux plus élevés de perception émotionnelle peuvent être plus sensibles ou avoir une tolérance plus faible au stress, indiquant ainsi qu’elles obtiendraient un score plus faible pour le concept de tranquillité d’esprit qui est généralement évalué dans les questionnaires d’auto-évaluation de l’intelligence émotionnelle. À l’inverse, les personnes ayant une capacité moindre à gérer les émotions des autres ont signalé des niveaux plus élevés de tendance suicidaire. En d’autres termes, les personnes qui pouvaient mieux réguler leurs émotions lorsqu’elles étaient confrontées aux réactions émotionnelles d’autrui (ou de débordements) présentaient des capacités de réaction plus fortes au stress et des niveaux réduits d’idées suicidaires en réponse au stress.

Une autre étude menée par des chercheurs des universités McMaster, Trent et Ryerson a cherché à déterminer s’il existait une association entre l’anxiété clinique, les domaines de l’intelligence émotionnelle (IE) et trois indices d’inadaptation évalués par des cliniciens. Les chercheurs ont postulé que la phobie sociale est un trouble anxieux unique et qu’elle pourrait être caractérisée par des niveaux inférieurs d’intelligence émotionnelle interpersonnelle et intrapersonnelle (c’est-à-dire une plus grande difficulté à réguler ses propres émotions et celles des autres). Cent soixante-neuf (N = 169) personnes chez qui on a diagnostiqué une phobie sociale, soixante-cinq (N = 65) personnes chez qui on a diagnostiqué un trouble obsessionnel compulsif et soixante-quatre (N = 64) patients chez qui on a diagnostiqué un trouble de panique, ainsi que cent soixante-neuf (N = 169) témoins non cliniques ont rempli le court questionnaire d’auto-évaluation de l’inventaire du quotient émotionnel (EQ-i : S).

Tous les groupes de troubles anxieux présentaient un IE total inférieur à celui des témoins et différaient entre eux, le groupe de phobie sociale affichant les niveaux les plus bas d’IE totaux et des scores inférieurs sur deux sous-échelles de l’EQ-i:S (interpersonnelle et de manière plus robuste, intrapersonnelle). La dimension intrapersonnelle a prédit à elle seule tous les indices d’une plus grande inadaptation dans le groupe de phobie sociale. Ces résultats indiquent une relation négative entre les troubles anxieux et l’IE et réaffirment le lien primordial entre l’IE intrapersonnel et la phobie sociale et ses résultats fonctionnels.

 

Alors, que signifie tout cela?

L’Organisation mondiale de la santé affirme que le bien-être est « un état complet de bien-être physique, mental et social qui ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité » et que, en présence d’une maladie ou d’une infirmité, celle-ci est bien gérée ou contrôlée. Bien que les études mentionnées ci-dessus ne soient pas exhaustives et ne puissent pas nécessairement être appliquées à la population générale, elles permettent de mieux comprendre l’intelligence émotionnelle et sa contribution potentielle au bien-être. Mieux connaître son intelligence émotionnelle peut donc être bénéfique pour en savoir plus sur ses comportements et ses réactions face à des situations chargées d’émotion, y compris, mais sans s’y limiter, des expériences de vie difficiles. C’est en comprenant mieux ses réactions émotionnelles que l’on peut déterminer ses « déclencheurs » et prendre les mesures nécessaires pour aider à réduire les réactions instinctives qui en découlent.

Compte tenu du cadre de Goleman et des résultats positifs observés dans les études citées ci-dessus, l’idéal serait de posséder des niveaux plus élevés d’intelligence émotionnelle pour bénéficier d’un meilleur bien-être. Toutefois, le dicton « plus facile à dire qu’à faire » peut facilement s’appliquer à cette affirmation. Néanmoins, la recherche a montré qu’il existe des stratégies simples qui peuvent nous aider à améliorer notre intelligence émotionnelle. Considérez ces stratégies fournies par le site web Mind Tools (2021) :

1. Observez vos réactions face aux personnes et aux événements.

Que remarquez-vous ? Êtes-vous habituellement du genre à porter un jugement sans avoir d’abord obtenu tous les faits ? Est-ce que vous avez des stéréotypes sur les gens ? Prenez le pouls ou « jetez-vous un regard froid et dur dans le miroir » et essayez de vous mettre à la place de l’autre.

2. Considérez vos réalisations et les émotions qui en découlent.

Bien que la fierté soit très saine, elle peut parfois être mal placée et être perçue comme de l’arrogance ou une confiance excessive, ce qui conduit souvent à la condescendance. L’humilité est un trait de caractère merveilleux à adopter et être humble ne signifie pas que vous manquez de confiance ou que vous avez une mauvaise opinion de vous-même et de vos compétences. Lorsque vous pratiquez l’humilité, vous faites toujours preuve d’une confiance tranquille, mais vous donnez aux autres membres de votre équipe l’occasion de briller.

3. Passez un test standardisé d’intelligence émotionnelle.

Découvrez vos résultats et vos points forts ainsi que vos points à améliorer. Grâce à un rapport standardisé, vous serez en mesure d’obtenir des informations supplémentaires et d’apprendre de nouvelles stratégies pour améliorer votre niveau global d’intelligence émotionnelle. En ayant le courage de vous regarder honnêtement, vous pourriez facilement améliorer votre vie – et celle des autres.

4. Prenez du recul pour examiner comment vous traitez et gérez les situations à forte charge émotionnelle.

Vous énervez-vous facilement ? Ou êtes-vous capable de laisser la poussière retomber avant de réagir ? Avez-vous tendance à intérioriser la situation (c’est-à-dire à vous blâmer vous-même, même si ce n’est pas votre faute) ou à l’externaliser (blâmez-vous les autres et vous mettez-vous facilement en colère, même si ce n’est pas leur faute) ? Rester calme lorsque vous êtes confronté à des situations stressantes n’est pas seulement un art – c’est un ensemble de compétences et plus vous y parviendrez, plus vous serez intelligent sur le plan émotionnel et plus vous serez apprécié en tant qu’employé.

5. Assumez la responsabilité de vos actes.

Comme le dit le proverbe : L’erreur est humaine, le pardon est divin. Le pardon ne s’adresse pas seulement à ceux qui vous ont vexé, mais il est également crucial de l’appliquer à vous-même lorsque vous avez commis une erreur ou blesser quelqu’un. Le fait de vous pardonner vous permet de faire preuve de compassion envers vous-même. Et si vous pouvez apprendre à faire preuve de compassion envers vous-même, vous serez en mesure de faire preuve de compassion envers les autres lorsqu’ils commettent une erreur. Le fait de présenter des excuses à une personne dont vous avez blessé est une indication d’un niveau élevé d’intelligence émotionnelle, car cela manifeste de l’empathie : vous reconnaissez ce que vous avez fait, vous éprouvez du regret, vous n’ignorez pas ce que vous avez fait et vous n’évitez pas la personne. Présenter des excuses est également un signe de bonne estime de soi, qui a également été liée positivement à l’intelligence émotionnelle.

6. Évaluez comment vos actions affecteront les autres.

Lorsque vous prenez une décision, surtout sur le lieu de travail, essayez de prendre du recul et de réfléchir à la manière dont vos actions pourraient affecter un autre membre de l’équipe. Comment se sentiraient-ils si vous faisiez X, Y ou Z ? Essayez d’appliquer la règle d’or ou la règle de platine. La règle d’or consiste à traiter les autres comme vous voudriez qu’ils vous traitent ; la règle de platine consiste à traiter les autres comme ils voudraient être traités. Quelle que soit la règle que vous souhaitez appliquer, demandez-vous toujours si vos décisions et vos actions seront vraies, utiles, inspirantes, nécessaires et aimables. En d’autres termes, P-E-N-S-E-Z toujours avant d’agir.

Conclusion

L’intelligence émotionnelle. C’est vraiment le chemin vers le bien-être. En attendant, prenez le temps d’écouter « Life is a Highway » de notre cher Tom Cochrane, ou si vous préférez, la reprise par les Rascal Flatts, qui a d’ailleurs figuré sur la bande sonore du film Cars de Disney. On peut toujours faire un peu de place pour Lightening McQueen. Et qui sait ? Tu pourrais bien gagner le « Piston Cup » dans la course de l’EI! 😊

 

Vicki-Anne Rodrigue

Vicki-Anne Rodrigue, M.Ed., CCC
Consultante principale, Gestion des talents et leader, Évolution des talents chez EPSI

Références

 

Partager :