29 novembre 2021
Par : Nicolas Roy

Les évaluations pré-emploi sont-elles encore utiles?

Le contexte de pénurie de main-d’œuvre présent depuis les dernières années, fortement accéléré par la pandémie, a amené les organisations à revoir leurs processus en matière de sélection de personnel. La raison est fort simple : les talents sont plus rares et ne se trouvent plus où ils se trouvaient jadis. Ils demandent plus de mobilité, de défis et de développement professionnel et personnel. Combiné à cela, un déficit grandissant entre la main-d’œuvre potentielle disponible et le départ à la retraite des baby-boomers… la situation ne s’améliorera pas bientôt! Les études les plus réalistes parlent d’une atténuation du phénomène d’ici 2036! Et oui… dans 15 ans!

Manque de personnel = baisse de l’importance d’évaluer les compétences?

Littéralement, le manque de personnel constitue et constituera l’un des problèmes les plus importants pour les dirigeants d’entreprise et la fonction de ressources humaines. Il faut, certes, être en mesure de réviser nos critères de sélection afin de trouver quelqu’un ; mais, encore faut-il avoir des critères! J’ai eu l’opportunité de côtoyer plusieurs chefs d’entreprises qui me posent souvent la question suivante… pourquoi devrais-je utiliser des évaluations avant l’embauche quand une entrevue suffit dans le contexte actuel? Bon rapidement, je leur mentionne qu’une mauvaise décision d’embauche était un problème avant et que ce l’est toujours maintenant. Dans les faits, c’est probablement encore pire maintenant. Je m’explique. Impacts négatifs sur l’ambiance de travail, perte de productivité, départ d’employés performants, augmentation du niveau de stress, conséquences sur la réputation de l’organisation et perte de profits. Dans un contexte où la main-d’œuvre est abondante, les gens sont plus facilement remplaçables ; dans un contexte de rareté de main-d’œuvre, les gens sont beaucoup plus difficiles à remplacer. Donc, une organisation se doit de tout faire en son possible pour assurer une expérience employée optimale ; c’est-à-dire, s’assurer que les employés aient un sens à leur travail, aient à leur disposition tous les moyens et outils pour réussir, un environnement de travail sain, mobilisant et engageant, et une bonne dose de bienveillance! Évidemment, une mauvaise décision d’embauche peut avoir un fort impact négatif sur ces éléments.

Mais revenons à leur question. Pour y répondre et à la blague, je leur pose les questions suivantes. Achèteriez-vous une maison sans l’avoir vue ni inspectée? Non. Épouseriez-vous quelqu’un sans le ou la connaître? Non. Conféreriez-vous vos enfants à un service de garde sans avoir l’assurance qu’ils seront bien traités et encadrés? Non. Alors, pourquoi le faire avec vos embauches? Je leur rappelle au même moment que leur succès est intimement lié aux gens qui composent leur organisation ; le cœur, en d’autres mots. Un cœur en mauvais état peut fonctionner, mais peut également vite mener à des problèmes très importants et parfois très difficiles à guérir.

Être bienveillant dans sa sélection de personnel

Sans mettre en doute qu’une entrevue structurée bien menée est un excellent prédicteur de performance future ; seule, elle est incomplète. Dans le contexte actuel plus que jamais, il est important de bien connaître la personne avant son embauche : sa personnalité, ses intérêts, ses motivations, ses compétences et ses qualités personnelles. Ces éléments seront importants pour atténuer les effets de la pénurie de main-d’œuvre et aideront l’employeur à mieux connaître et comprendre la personne. Ainsi, il pourra actionner des leviers qui permettront de stimuler, mobiliser, motiver et surtout, d’assurer une belle complémentarité entre le nouvel employé et les gens déjà dans l’équipe. Les évaluations pré-emploi viennent donc compléter à merveille une entrevue et permettent à une organisation de faire un choix éclairé et bienveillant. Parlant de bienveillance, je pense que sélectionner une personne est un élément important en ce sens considérant que les relations entre collègues sont un facteur important du bien-être au travail. Et je tiens à le rappeler, des gens heureux et engagés en emploi donnent des résultats pour tous les collaborateurs et aussi pour les dirigeants d’entreprise. Donc, oui ! Bien choisir une personne en utilisant des évaluations pré-emploi, j’y crois et vous devriez aussi!

Nicolas Roy
 
Nicolas Roy, CRHA, ADM.A., M.SC.

Chef de la direction (CEO) chez EPSI