27 janvier 2021

Les cinq compétences de demain

La pandémie de la COVID-19 a entraîné une situation de crise qui a suscité des bouleversements dans les lieux de travail. Qu’il s’agisse de travailleurs autonomes ou de travailleurs des secteurs public, parapublic ou privé, les organisations ont dû se mobiliser et mobiliser leur main-d’œuvre pour demeurer productives et pertinentes afin de garantir leur survie et leur pérennité après la pandémie.

Les événements historiques et ce qu’ils nous ont appris
Des événements clés tels que la révolution industrielle, les guerres mondiales et la pandémie de la COVID-19 ont non seulement entraîné un changement important de culture, mais ont également façonné les organisations et donné lieu à des aptitudes et compétences essentielles que les employés, les employeurs et les dirigeants doivent posséder pour s’assurer qu’elles restent pertinentes et concurrentielles.
À titre d’exemple, la Seconde Guerre mondiale a offert aux femmes des possibilités sans précédent d’accéder à des emplois qui n’avaient jamais été ouverts aux femmes, notamment dans l’industrie de la défense. Les femmes ont dû surmonter les stéréotypes culturels à l’encontre des femmes qui travaillaient, tout en trouvant des services de garde d’enfants adéquats pendant les heures de travail.
De même, la pandémie de la COVID-19 a offert aux hommes et aux femmes des possibilités sans précédent de travailler à distance et de bénéficier d’une plus grande souplesse dans leurs horaires de travail. Un changement supplémentaire dans les stéréotypes culturels a pu être constaté dans le cadre familial, où les responsabilités du principal soignant ont pu changer de manière significative pour inclure un investissement accru dans l’éducation d’un enfant. En outre, lorsque les femmes se sont retrouvé les principales responsables de l’éducation des enfants, ces mêmes responsabilités ont pu être mieux partagées entre les deux membres du couple afin d’assurer un meilleur équilibre.[1]
Cette évolution des rôles des hommes et des femmes exige que les personnes qui s’occupent des enfants soient capables de s’adapter pour que leurs familles puissent faire face à la charge de travail supplémentaire et bénéficier des meilleures conditions de vie possibles, en particulier en temps de crise. Cette capacité d’adaptabilité est donc cruciale ; il importe alors de se rappeler que l’adaptabilité est définie comme la « capacité de s’adapter à de nouveaux milieux ou à de nouvelles situations » (Dictionnaire de français Larousse, 2021). L’adaptabilité est donc un trait essentiel à posséder, tant à la maison que sur le lieu de travail.

Un regard approfondi des principales compétences à acquérir pour qu’elles restent pertinentes à long terme
La nécessité de rester adaptable nous a motivés à aller plus loin et à considérer les autres compétences clés que les employeurs d’aujourd’hui rechercheront chez leurs employés de demain. Notre recherche a abouti à des découvertes intéressantes et les cinq compétences clés suivantes ont été identifiées : travail d’équipe, conformité et orientation professionnelle ; empathie ; connaissance des données ; adaptabilité et résilience ; et entrepreneuriat.
Tout d’abord, les employeurs d’aujourd’hui qui s’engagent dans certaines activités de planification et qui identifient le type d’employés qu’ils recherchent pour leurs besoins actuels et futurs se concentreront à la fois sur les compétences axées sur le savoir-faire (ou les compétences techniques) et les compétences axées sur le savoir-être (ou les compétences interpersonnelles). Les compétences techniques sont des aptitudes enseignables et mesurables, telles que l’écriture, la lecture, les mathématiques ou la capacité d’utiliser des programmes informatiques. En revanche, les compétences interpersonnelles sont les traits qui caractérisent un bon employé, comme la communication, l’écoute et la capacité de s’entendre avec les autres, pour n’en nommer que quelques-uns. Examinons de plus près les principales compétences qui composent de plus près les cinq compétences de demain.

# 1 : Travail d’équipe, conformité et orientation professionnelle
Les employeurs voudront des personnes qui non seulement ont des aptitudes numériques, mais qui possèdent également plusieurs compétences relationnelles telles que le travail d’équipe, la compréhension des règles et des règlements (la conformité), et la responsabilité et l’engagement (orientation professionnelle). Le travail d’équipe est défini comme la capacité de « travailler en collaboration avec d’autres membres en vue d’atteindre un objectif commun relié au travail (Gouvernement du Canada, 2016); la compréhension des règles et règlements ou la conformité est définie comme un « comportement d’un individu ou d’un sous-groupe lorsque ce comportement est déterminé par la règle du groupe ou par une autorité» (Dictionnaire de français Larousse, 2021) ; et l’orientation vers le travail (ou l’orientation vers la tâche) est définie comme une personne qui est intellectuellement, émotionnellement et/ou fonctionnellement concentrée et dévouée à l’accomplissement de certaines tâches, en particulier celles qui contribuent au succès d’un projet ou d’un travail plus important.
Le regroupement de ces trois compétences clés sera très bénéfique pour une organisation. Les employeurs dont le personnel possède ces compétences seront en mesure de créer un environnement de travail où les individus travailleront plus efficacement pour le bien commun et où il y aura moins de risques que les personnes prennent une part indue du crédit lors de l’accomplissement d’une tâche ; l’environnement de travail sera également propice à ce que les employés respectent les décisions et les actions de leurs supérieurs et de leurs pairs et n’hésiteront pas à demander des conseils et des éclaircissements supplémentaires pour mener à bien un projet spécifique [2]; enfin, un environnement qui stimule davantage les compétences liées à l’orientation professionnelle sera couronné de succès, car les mandats seront réalisés en temps opportun, ce qui permettra d’obtenir des résultats supérieurs.

#2 : Empathie
Bien que l’empathie soit considérée comme une compétence interpersonnelle (ou axée sur le savoir-être), les recherches ont démontré qu’elle devrait être classée dans une catégorie à part. L’empathie est définie comme la « faculté intuitive de se mettre à la place d’autrui, de percevoir ce qu’il ressent » (Dictionnaire de français Larousse, 2021) et à comprendre et faire preuve de compassion lorsqu’on est confronté à des problèmes personnels et/ou professionnels qui imprègnent l’environnement de travail. L’empathie pousse davantage un individu à aider son ou ses collègues dans sa charge de travail, tout en ayant une grande capacité à mettre momentanément de côté sa charge de travail pour s’attaquer à un problème plus important. Bien que l’automatisation et d’autres progrès technologiques importants aient eu lieu, tels que l’apprentissage automatisé et l’intelligence artificielle, l’empathie est une compétence que les machines ne peuvent ni reconnaître, ni manifestée à leur auditoire. « Les données sont l’une des forces motrices de la quatrième révolution industrielle. Mais parfois, lorsque nous percevons le monde à travers des modèles basés sur des données, il peut devenir plus difficile de voir l’humanité derrière les chiffres. La technologie a donc le potentiel d’éroder notre sens de l’empathie » (Belinda Parmer, The Empathy Business).

# 3 : Connaissance des données
La prochaine compétence de demain a été identifiée comme étant la connaissance des données. La connaissance des données est définie comme « la capacité à lire, comprendre, créer et communiquer des données en tant qu’informations ». Tout comme la culture en tant que concept général, la culture des données se concentre sur les compétences nécessaires pour travailler avec les données » (Wikipedia, Data literacy, 2021). « Étant donné le « bruit » de l’ère numérique, les individus doivent être capables de passer au travers d’énormes volumes de données pour déterminer quelles informations sont les plus pertinentes et prendre des décisions rapides en fonction de celles-ci » (Biola Alabi, Grooming for Greatness, 2021). Ces compétences en matière de connaissance des données peuvent être subdivisées en compétences linguistiques, mathématiques et techniques, un autre trio puissant. Il va sans dire que les compétences linguistiques seront activement recherchées parce qu’elles engloberont le large éventail des capacités de communication, qui comprennent à la fois les compétences de communication orale et écrite. En outre, ces mêmes compétences linguistiques et/ou de communication comprendront également la capacité à désamorcer des situations de conflit et à engager un dialogue proactif, surtout lorsqu’on tente de donner ou de recevoir de la rétroaction, notamment dans le cadre des évaluations de rendement. Les compétences mathématiques seront également essentielles, surtout à l’heure où nous entrons dans la quatrième révolution industrielle et où les processus sont de plus en plus automatisés. Davantage d’experts seront nécessaires pour aider à concevoir des algorithmes spécifiques afin de garantir le bon fonctionnement des processus automatisés et de limiter les erreurs. Enfin, les compétences techniques seront également essentielles. Il peut s’agir, par exemple, de la capacité à effectuer des analyses de données volumineuses (Big Data), à coder et à programmer, à gérer des projets ainsi que la gestion du marketing des médias sociaux, pour n’en citer que quelques-unes.

# 4 : Adaptabilité et résilience
Comme mentionné précédemment, l’adaptabilité sera une compétence clé et essentielle que les employeurs rechercheront chez leurs employés. « L’adaptabilité est importante, car, à mesure que les nouvelles technologies évoluent, les entreprises établies selon les « anciennes méthodes » peuvent avoir des difficultés à concurrencer les principaux acteurs de leur secteur. Les employeurs recherchent des employés qui peuvent faire preuve de fortes capacités d’adaptation et devenir des dirigeants d’entreprise » (The Balance Careers, 2021). Les personnes qui ont une grande capacité d’adaptation peuvent tirer des leçons d’une situation donnée et ne considèrent pas l’échec comme un scénario de fin du monde, mais plutôt comme une opportunité de croissance personnelle et professionnelle. En outre, les personnes adaptables possèdent des compétences connexes telles qu’une forte capacité d’apprentissage, une grande aptitude à la réflexion critique ou stratégique, peuvent également être orientées vers la recherche, cherchant à s’améliorer en permanence et à prêter une attention aux détails. Enfin, ces mêmes personnes peuvent également se prévaloir d’un sens aigu de l’observation et d’une mémoire à long terme aiguisée, ce qui en fait d’excellents candidats pouvant jouer le rôle de gourous de la mémoire d’entreprise.
La capacité d’adaptation est étroitement liée à une attitude positive et/ou à la résilience. Les personnes qui font preuve de résilience (et d’une grande capacité d’adaptation) ressentent rarement le besoin d’abandonner leur emploi lorsqu’elles sont confrontées à des défis professionnels ou sont sous pression. Le vieil adage selon lequel « c’est dans les moments difficiles que l’on peut reconnaître les hommes et les femmes de courage » illustre bien la notion de résilience. Les personnes résilientes aiment les défis et restent dévouées à leur travail, même si cela signifie qu’elles doivent faire face à la situation lorsque les choses deviennent difficiles. En outre, elles seront les meneuses de claque personnelles de leur équipe, stimulant ainsi leurs collègues dans les moments plus difficiles et/ou stressants. Les personnes résilientes ont un haut niveau de tolérance au stress, peuvent gérer les attentes et restent motivées à long terme.

# 5 : Entrepreneuriat (ou esprit d’entreprise)
La dernière compétence, l’esprit d’entreprise, est l’une des plus essentielles à ce jour. Avoir un fort esprit d’entreprise peut être « la clé pour sortir les gens de la pauvreté », déclare Veronica Colondam, fondatrice et directrice générale de la Fondation YCAB. Selon Mme Colondam, il ne suffit pas d’être créatif, innovant et collaboratif – il faut aussi savoir quand appliquer chacune de ces compétences connexes dans un contexte d’entreprise. Les personnes ayant l’esprit d’entreprise ont souvent des connaissances financières et apprennent de leurs erreurs passées. Ces enseignements leur permettent parfois de doubler et de tripler leurs revenus. Les personnes qui ont un fort esprit d’entreprise seront les dirigeants de demain. Mme Colondam poursuit en déclarant que ces trois compétences spécifiques – l’esprit d’entreprise, la créativité et l’innovation – « aideront à créer une génération d’innovateurs qui non seulement survivent, mais contribuent réellement à améliorer l’état du monde. L’avenir appartient à ces personnes innovantes et créatives ».

Conclusion
Avez-vous effectué un sondage auprès de votre personnel et êtes-vous en mesure de savoir si vos employés possèdent ces cinq compétences clés ? Souhaitez-vous garantir la survie et la pertinence de votre organisation à long terme ? Si c’est le cas, EPSI peut vous aider. Contactez-nous dès aujourd’hui pour en savoir plus sur nos produits et services, notamment nos tests psychométriques qui ont une bonne validité prédictive sur le rendement professionnel futur et nos nombreuses solutions d’évaluation et de gestion des talents. Au plaisir de vous servir !

Vicki-Anne-Rodrigue

Marie-Christine-Drouin

L’Académie EPSI :
Contribution de Vicki-Anne Rodrigue,
révisée par Marie-Christine Drouin.
Traduction française par : Camille Thom

Références
Deloitte (2015). Leaders for Today – Leaders for Tomorrow. Quelles compétences en leadership les membres des conseils de gestion et de surveillance ont-ils? Qu’est-ce qui est important dans la gestion de l’entreprise aujourd’hui et à l’avenir? Rendre compte des compétences des gestionnaires – hommes et femmes – dans le contexte de l’évolution des besoins de l’entreprise. Site Web consulté le 5 janvier 2021 à :
https://www2.deloitte.com/content/dam/Deloitte/pl/Documents/Reports/pl_Leaders_for_Today_Leaders_for_Tomorrow_EN_2014.pdf
Samdahi, E. (2009). Les cinq principales compétences en leadership de demain. Le blogue productivité i4cp. Site Web consulté le 5 janvier 2021 à l’https://www.i4cp.com/productivity-blog/2009/10/08/the-top-five-leadership-competencies-of-tomorrow
The Balance Careers (n.d.). D’importantes aptitudes à l’adaptabilité pour la réussite en milieu de travail. Site Web consulté le 5 janvier 2021 à :
 https://www.thebalancecareers.com/important-adaptability-skills-4768260
Wikipédia, l’Encyclopédie libre (2020). Connaissance des données. Site Web consulté le 17 janvier 2021 à l’https://en.wikipedia.org/wiki/Data_literacy
Forum économique mondial (2016). Les compétences les plus importantes de demain, selon cinq dirigeants mondiaux.  Site Web consulté le 5 janvier 2021 à :
https://www.weforum.org/agenda/2016/10/the-most-important-skills-of-tomorrow-according-to-five-global-leaders/
[1] Nous sommes conscients que nous vivons dans une société qui n’est pas binairement genrée. L’expression « hommes et femmes » est censée être utilisée dans un sens large pour inclure les deux sexes traditionnels, comme le montrent les caractéristiques génétiques humaines. Toutefois, le terme doit également inclure toute la gamme des identités de sexe et de genre qui conviennent à l’individu qui ne s’identifie pas nécessairement aux rôles masculins et féminins traditionnels. Pour cet article, nous utiliserons les rôles masculins et féminins traditionnels dans le seul but de simplifier le texte.
[2] Note : La conformité ne signifie pas que l’on ferme les yeux sur la corruption ou d’autres comportements inappropriés sur les lieux de travail, comme le harcèlement sexuel. La conformité signifie simplement qu’il y a une chaîne de commandement, des actions et des attentes, ainsi que des valeurs et des principes fondamentaux que les employés devraient, en théorie, se sentir à l’aise de respecter selon ce que l’autorité leur demandera d’accomplir. La conformité n’est PAS synonyme d’être une marionnette ou de faire partie d’une dictature. Lorsque des comportements inappropriés se produisent sur le lieu de travail, il est important de les dénoncer et/ou de faire un inventaire précis de ses propres valeurs et principes directeurs afin de décider si le milieu de travail est adapté à ses besoins, à ses désirs et à ses objectifs de carrière à long terme.