12 janvier 2022

L’autogestion : Compétence clé pour les travailleurs d’aujourd’hui

Le développement professionnel est plus que jamais au cœur des discussions des professionnels de l’orientation. Plusieurs sources indiquent que les adultes effectueront entre 5 et 7 transitions de carrière au cours de leur vie.  Il est clair que les contextes de travail actuels entraînent souvent des parcours professionnels non linéaires et très imprévisibles. Ce désir de rester motivé et efficace anime le travailleur d’aujourd’hui. 

L’idée ici n’est pas de générer de l’anxiété, mais plutôt de vous faire prendre conscience de l’importance d’être acteur de votre propre développement professionnel. L’autogestion décrit la capacité du travailleur à gérer efficacement ses objectifs professionnels. Cette compétence clé du travailleur d’aujourd’hui consiste à prendre en charge sa carrière de manière continue et constitue le remède par excellence pour éviter l’épuisement, l’ennui ou la perte de sens. Le marché du travail continuera d’évoluer, les emplois d’aujourd’hui ne sont pas les emplois de demain. Pour être satisfait au travail et performant, nous devons prendre l’habitude de réfléchir à notre parcours et de nous projeter vers l’avenir. Nous devons être les premiers complices du développement de nos compétences.  

La connaissance de soi : un point de départ important  

Certains se demanderont par où commencer. Tout d’abord, il peut être pertinent de recourir à l’évaluation psychométrique à différentes étapes du parcours professionnel d’une personne. Par contre, avant même d’aborder l’utilité des outils psychométriques dans un contexte de développement professionnel, il est important de bien les définir. Les outils psychométriques sont des instruments validés scientifiquement qui visent à mesurer objectivement certaines caractéristiques individuelles, comme le leadership, le QI, le raisonnement logique, etc. Il existe plusieurs types de tests psychométriques, mais les plus utilisés en développement professionnel sont les tests d’intérêts, de valeurs, d’aptitudes et de personnalité.   

Tout d’abord, les outils psychométriques peuvent être utilisés dans un contexte de connaissance de soi en orientation ou en réorientation de carrière. Ce type d’outil peut être un point de départ afin d’aider une personne à mieux comprendre ses réactions face à certaines situations, ce qui est important pour elle, ou encore, quel type de domaine professionnel l’intéresse. Lorsqu’une personne se connaît bien, elle est plus susceptible de faire un choix de carrière qui correspond à ses intérêts, ses valeurs, sa personnalité et ses compétences.   

De plus, les professionnels ont de plus en plus recours aux évaluations psychométriques dans le cadre d’une entrevue d’embauche ou de consolidation d’équipe de travail. Elles fournissent des informations précises et objectives sur le potentiel d’un candidat à occuper un poste et peuvent également aider un gestionnaire à constituer une équipe de travail complémentaire et, dans le même temps, à accroître la cohésion et la collaboration entre ses membres. Lorsqu’il y a une bonne adéquation entre les caractéristiques personnelles d’une personne et son environnement de travail, elle est plus susceptible d’être plus performante et d’éprouver de la satisfaction au travail.   

Enfin, les outils psychométriques s’intègrent bien dans une démarche d’évaluation des compétences lorsqu’une personne souhaite se développer au sein d’une organisation. En ayant une bonne connaissance des forces et des compétences à améliorer d’un employé, il est possible de cibler des interventions et des formations à intégrer dans un plan de développement individuel en vue d’atteindre les exigences du poste actuel ou envisagé. 

Bien que les instruments psychométriques aient démontré leur pertinence à plusieurs égards, ils demeurent des outils qui doivent faire partie d’un processus d’évaluation rigoureux et complet. Enfin, il est important de préciser qu’ils doivent être administrés et interprétés par des professionnels compétents. 

Il existe d’autres moyens, parfois plus accessibles, pour favoriser la connaissance de soi, comme l’évaluation du rendement, l’évaluation par les pairs ou l’auto-évaluation.  Il est également possible d’être accompagné par un conseiller d’orientation dans le cadre d’un bilan de compétences, qui favorise le développement professionnel du travailleur par la reconnaissance et le développement de ses compétences. L’analyse de son histoire professionnelle permet également à l’individu de faire des constats intéressants. En racontant vos expériences et vos réalisations, vous pourrez mieux cibler ce qui vous a plu, ce qui vous a motivé, les forces qui vous ont permis d’agir ou ce qui était important pour vous dans un emploi ou un bon emploi. 

Projection vers l’avenir : une question d’équilibre 

L’identification d’un projet amène le travailleur à donner une direction, un sens à sa carrière. Une meilleure connaissance de soi nous amène à explorer les possibilités dans le but de cibler des activités, des projets ou des objectifs, dans lesquels on a le goût de s’investir. Utiliser les ressources d’information ainsi que vos réseaux pour envisager des possibilités.   

Il est important de comprendre qu’un projet est dynamique et qu’il interagit avec l’environnement du travailleur. Il est donc important, lors de la définition des objectifs, de prendre en compte les facteurs de la réalité. Quelles sont mes ressources et mes limites personnelles et environnementales ? Qu’est-ce qui est possible compte tenu de ma réalité ? Par exemple, est-il judicieux de créer une entreprise si le marché de la région est saturé pour ce type d’établissement ? Est-il possible d’envisager un retour aux études alors que votre situation financière est instable ?   

Également, il faut imaginer à quoi pourrait ressembler votre équilibre. Dans quel domaine de ma vie ai-je envie d’investir davantage ? Dans quelle sphère je veux investir moins de temps ? Dans quel domaine ai-je envie d’investir moins de temps ? On peut également réfléchir en termes de besoins. Quels sont mes besoins non répondus ?  

Bref, cette étape d’exploration nous permet de cibler des projets. De donner une direction de base qui peut nécessiter un réajustement. Le projet est un point d’ancrage qui permet au travailleur d’être en mouvement.   Le plan d’action est un outil très intéressant pour favoriser l’action. Nous pouvons aussi utiliser un plan de développement.  Nous pouvons y inclure des stratégies pour atteindre nos objectifs, des échéances, etc. Il existe plusieurs façons de se développer, comme le coaching, le mentorat, la lecture, la formation, le journal de bord, etc. Vous devez tenir compte de vos préférences, de votre style d’apprentissage et des moyens dont vous disposez. Il s’agit donc de cibler ce que l’on veut concrétiser, donc la situation souhaitée, et de cibler les moyens pour y arriver. 

Mise en action : une étape trop souvent négligée 

Tout changement demande des efforts. Passer à l’action sur un plan pratique peut sembler complexe. L’accompagnement peut avoir un impact positif sur cette étape du développement professionnel. Dans le cadre d’un processus avec un expert en orientation ou même dans un processus de coaching, le travailleur est accompagné dans l’adoption de mesures qui lui permettront d’atteindre des résultats. 

Le plan d’action ou le plan de développement peut également motiver la personne à passer à l’action. Un suivi peut également être intéressant de la part d’un responsable RH, d’un gestionnaire ou d’un chef d’équipe.   

La manière la plus efficace d’apporter des changements est d’utiliser une méthode flexible. Cette étape est malléable et le travailleur peut s’adapter au fur et à mesure. D’autre part, la clarté du projet et des objectifs ne doit pas être négligée, car elle favorise la confiance et par conséquent, l’action. Par ailleurs, il est important de revenir à la base du processus de réflexion, la connaissance de soi. Rappelons que cette première étape permet au travailleur de définir un projet ou des objectifs à son image. Cela favorise également l’engagement du travailleur envers les stratégies identifiées. 

En conclusion, l’autogestion de ses objectifs professionnels est une compétence clé à maîtriser pour se développer tout au long de sa carrière. Il faut d’abord être capable de bien se connaître et de réfléchir à ses expériences passées afin de définir ses objectifs professionnels et de les détailler dans un plan d’action réaliste et réalisable. Toutefois, il ne s’agit pas de s’engager une seule fois dans ce processus de réflexion, mais plutôt d’en développer l’habitude.