28 novembre 2022
Par : Frédérique Henry

La formation en ligne : lorsque virtualiser rime avec humaniser

Déjà de plus en plus populaire depuis les dernières années, le contexte pandémique a poussé le transfert en ligne de beaucoup d’activités et de services. Le monde RH n’y a pas échappé par la virtualisation des centres d’évaluations y compris des tests de sélection et développement, des entretiens structurés, des parcours d’intégration du nouvel employé, des formations, etc.   

Dans cette lignée, avec le travail virtuel et hybride qui se généralise, dans de nombreux secteurs, la formation en ligne est devenue une stratégie très efficace autant pour les employés que pour les employeurs. La popularité des systèmes de gestion de l’apprentissage et l’offre imposante de cours en ligne témoignent de ce virage irréversible vers la transmission des savoirs : selon Global Market Insights1, le secteur de la formation en ligne (e-learning) devrait représenter plus de 300 milliards de dollars jusqu’en 2025! Ça vous donne une p’tite idée!  

Pourquoi apprendre en ligne?  

L’accessibilité, la simplicité, la praticité sont quelques-unes des raisons qui font que le partage des connaissances en ligne est si populaire.

  • Accessibilité : En train ou en avion, au chalet ou au bureau, à Singapour ou à Toronto, aux aurores ou en pleine nuit… à l’apprenant de choisir où et quand il se sent dans un contexte optimal pour apprendre!  
  • Simplicité : L’utilisation des plus simples, les parcours de formation en ligne sont à la portée de tous en quelques clics. C’est l’utilisation de la technologie à son meilleur et dont l’usage est très convivial ou « user friendly. ». Tout au même endroit, sans logistique et sans lourdeur administrative.  
  • Praticité : Commode, tant pour le formateur que pour l’apprenant. L’apprentissage en ligne permet d’accueillir une variété d’approches d’apprentissage qui répond aux besoins et aux préférences de tous les profils d’apprenants.  

… et l’humain dans tout ça?  

Virtualiser ne veut pas dire déshumaniser! 

Au contraire, les formations en ligne répondent à tous les modes d’apprentissage privilégiés par les participants en optant pour des solutions qui combinent à la fois des éléments concrets et abstraits, visuels et auditifs, séquentiels et globaux, sociaux et solitaires, dirigés et autonomes, technologiques et classiques.2

L’acquisition de nouvelles connaissances n’aura jamais été aussi personnalisée et adaptée à l’auditoire. Au participant de choisir le parcours de formation qui réunira le maximum de conditions de succès selon son style d’apprentissage en respectant son propre rythme. Une combinaison des modes synchrone et asynchrone de surcroît, ouvre un vaste monde de possibilités, la limite étant l’imagination du formateur (!) :  

  • Lectures et exercices préalables;  
  • Rencontres virtuelles individuelles;  
  • Quiz en ligne;  
  • Capsules audios et vidéos;  
  • Groupes de discussion;  
  • Ateliers;  
  • Utilisation d’applications ludiques et interactives;  
  • Etc.  

Bien sûr, l’imagination du formateur devra idéalement respecter certains éléments essentiels pour favoriser l’apprentissage, la rétention des connaissances puis l’utilisation du contenu de la formation par l’apprenant, si l’on souhaite atteindre les objectifs pédagogiques. Mais c’est une autres histoire!  

… et pis après?  

Est-ce que l’investissement en temps et énergie dans l’apprentissage en ligne en vaut réellement le coût? Est-ce que les formations en ligne ont une réelle valeur ajoutée par rapport à la bonne vieille méthode classique de la formation en présentiel?  

Actuellement, il y a peu d’études sur l’incidence concrète des formations en présentiel, donc encore moins sur les retombées de l’apprentissage en ligne. Cependant, certaines études semblent démontrer, sans surprise, que la responsabilisation de l’apprenant dans son apprentissage est déterminante dans le cas de la formation en ligne. L’apprenant est l’acteur principal de son propre développement, le professeur ayant relativement peu de prise directe en mode asynchrone sur la motivation et l’engagement des apprenants3.  

Mais justement, nous sommes actuellement dans un monde du travail où, selon la théorie de l’autodétermination, l’autonomie figure comme un des trois piliers essentiels des besoins psychologiques fondamentaux4 (en plus de la compétence et l’appartenance sociales). Miser sur plus de responsabilisation de l’apprenant face à son propre développement à travers les formations en ligne représente donc un investissement dans l’humain qui semble peu risqué et, au contraire, qui devrait satisfaire ce besoin fondamental d’autonomie!   

Vive la virtualisation humanisée!  

 
Frédérique Henry

Chef des opérations

Références

  1. https://www.gminsights.com/industry-analysis/elearning-market-size
  2. Skill Learning – Fiche technique, HRid
  3. Supporting Self-Regulated Learning in Online Learning Environments and MOOCs: A Systematic Review (tandfonline.com)
  4. Comprendre et s’adapter aux réalités du télétravail avec la théorie de l’autodétermination – Ordre des psychologues du Québec, 2022